Close

Choisir votre langue

Close

Ma sélection

Aucune montre sélectionnée pour l’instant

Nous utilisons des cookies afin de vous procurer la meilleure expérience web. Les cookies sont des fichiers stockés dans votre navigateur et sont utilisés par la plupart des sites Web pour aider à personnaliser votre expérience Web. En continuant à utiliser notre site Web sans changer cette configuration, vous consentez à l'utilisation de cookies.

Valider

Close

Prix


Les prix affichés sont les prix de vente conseillés par Parmigiani Fleurier, TVA comprise lorsqu’elle s’applique.

Parmigiani Fleurier se réserve le droit de modifier les prix et la sélection de modèles à tout moment.

TROUVER UN REVENDEUR

Close

Suivez nos actualités

Pendule Soleil de Gaïa

Parmigiani Fleurier et Lalique ont joint leurs forces en 2015 pour créer la Pendule Soleil de Gaïa. Cet objet d’art reflète la fusion de la Haute Horlogerie avec le savoir-faire joaillier et cristallier le plus pur et fait écho aux nombreuses réalisations qui illustrent le thème du Jour et de la Nuit dans l’œuvre joaillerie de René Lalique. Avec son habillage en cristal Lalique et un artisanat de cadrans de montre signé Parmigiani Fleurier, couronné par un mouvement maison, le Soleil de Gaia recrée une esthétique riche en symboles et en histoire, rendant hommage aux maîtres joailliers et horlogers qui ont construit notre patrimoine.

TEMPS DE TRAVAIL DE PARMIGIANI FLEURIER ET LALIQUE

Création / Design : 150 heures
Développement / Technique : 100 heures
Artisanat / Fabrication : 750 heures
= 1’000 heures de travail

Le temps de Lalique inspiré par le mythe
Représenter les allégories poétiques de la nuit sombre et du jour éclatant, qui s’opposent autant qu’elles se complètent, était un des thèmes de prédilection du maître-joaillier René Lalique (1860-1945).

Lalique et Parmigiani Fleurier remettent cette thématique à l’honneur en présentant une pendule de table dédiée au thème du Soleil de Gaïa. Dans la mythologie, c’est Gaïa, Déesse de la terre et des saisons qui aurait fait surgir le monde et la vie du chaos. Elle est associée au Soleil car elle apporte la vie par sa lumière et son rayonnement.

La pendule est conçue d’un support en cristal qui met en scène les figurines allégoriques opposées du Jour et de la Nuit. Faisant écho à ces figures antinomiques, le cadran de la pendule joue de ses deux faces : éclatant d’or jaune et de corail vue de face, à l’image du Soleil ; mystérieux d’or blanc et de noir au dos du cadran pour symboliser la Nuit.

Le cristal Lalique, habillage d’histoire et de lumière
L’habillage en cristal satiné-repoli est reproduit sur le modèle exact de la version originale  en verre créé en 1926 par René Lalique. Pour marquer la dualité de ce couple du Jour et de la Nuit, le cristal est travaillé avec une finition satinée pour l’homme et brillante pour la femme. La transparence de la matière permet d’admirer cette danse sous tous les angles révélant d’un côté de la pendule le temps, de l’autre son mécanisme.

En hommage au savoir-faire et à l’histoire de Lalique, le cristal est façonné dans un cristal incolore, emblématique par sa transparence et sa pureté. Les personnages sont illustrés dans un jeu d’opposition grâce à une finition générant un aspect mat pour l’homme qui représente le jour et une finition polie avec aspect brillant pour la femme incarnant la nuit.

Conception du cadran en marqueterie de nacre
La pendule Soleil de Gaïa doit sa richesse décorative à une marqueterie de nacre qui illumine le cadran et le dos du mouvement.

Apparenté aux teintes chaudes du soleil, la face du cadran est un disque de cornaline orange sur lequel l’on appose des segments de nacre en forme de pétale. Chaque segment est unique, taillé sur mesure, puis composé pour former ensemble une succession harmonieuse de corolles qui relient concentriquement le cœur du cadran en or guilloché avec la carrure externe.

Le dos de l’horloge reprend ce procédé de marqueterie à l’identique mais le disque de cornaline est remplacé par une pierre en onyx noire, pour un contraste absolu avec la blancheur de la nacre. Les ponts du mouvement sont gravés main puis rhodiés selon le motif concentrique de la marqueterie.